Projet Mokambo (R.D.C.)

  
Soutenu chaque année depuis 2011

Depuis plus de 10 ans, Pierre Kakumbi, habitant de la région, et Marianne Lefebvre, ancien professeur du Sacré-Cœur de Jette il y a déjà pas mal d’années, servent à Mokambo, un gros village dans le Sud de la Province du Katanga, au sud-est du Congo.

Sur place, la scolarité est payante, même en primaire. La plupart des enfants n’ont donc pas la possibilité de fréquenter l’école d’autant plus que les familles sont très nombreuses (8, 10, 12 enfants) et qu’il n’y a évidemment pas d’allocations familiales. Un travailleur bien payé touche au maximum 80 EUR par mois, alors que la scolarité d’un enfant coûte entre 5 EUR (en primaire) et 12 EUR (en secondaire) par mois… Marianne et Pierre ont tenté d’instaurer un système de parrainages par des familles belges.

Pierre et Marianne ont ouvert un internat qui accueille des jeunes qui ne pourraient pas suivre une scolarité à Mokambo, car leur famille habite trop loin de ce village. Ces adolescents y font leurs devoirs et y logent chaque jour. Ils y restent aussi les week-ends car ils ne rentrent chez eux que lors des vacances plus longues. Les parents “paient” pour l’hébergement de leur enfant une somme d’un sac de céréales trimestriel… Les plus nantis offrent également à Marianne et Pierre une poule…

En journée, pendant que les jeunes internes sont à l’école, Marianne et Pierre ouvrent leurs locaux à des enfants ou des jeunes provenant de familles sans moyens financiers, afin qu’ils puissent avoir des cours d’alphabétisation où les apprentissages sont centrés sur la lecture et le calcul. Les cours se donnent trois heures par jour (le matin) et leur qualité permet à ces enfants de pouvoir éventuellement entrer l’année suivante en… cinquième primaire. Ces jeunes sont si heureux d’avoir accès à une scolarité, certes très modeste, mais tellement importante pour eux dans un chemin de développement. Ils retrouvent ainsi une dignité dans leur existence difficile. Pierre et Marianne financent le salaire des deux instituteurs car la scolarité y est gratuite pour les enfants qui viennent fréquenter les cours donnés chez eux, la journée. Pour diminuer les frais, Marianne et Pierre donnent également cours.

Inutile de dire que tant les internes que les externes sont terriblement heureux d’être accueillis, comme dans une famille, par Pierre et Marianne ! 🙂

L’aide du Sacré-Coeur

Depuis 2011, à travers les courses relais et les soupers des Anciens, le Sacré-Coeur a notamment déjà permis à Marianne et Pierre de :

  • agrandir leur espace d’accueil afin de pouvoir aider plus de familles
  • construire un premier puits, puis un second, plus profond
  • payer les salaires des enseignants
  • acheter des bancs et des tables
  • acheter du matériel pédagogique
  • réparer un toit
  • acheter un nouveau véhicule 4×4
  • acheter une photocopieuse et un groupe électrogène
  • louer une maison en Zambie pour l’accès à des études secondaires
  • acheter des tricycles pour des personnes handicapées

Leur besoin actuel sur place ?

Pour 2020, voici la demande de Marianne (16/12/2019 – 19h10) :

(…) Nous aimerions bien être aidés dans l’achat d’un nouveau groupe électrogène, que nous avons déjà effectué car il y avait urgence, mais qui a fait un bien gros trou dans notre caisse.

L’ancien groupe électrogène est constamment en panne. Nous l’avons fait réparer de nombreuses fois, mais ça recommence tout le temps. En fait, il a fait son temps (NDLR : 5 ans d’utilisation intensive). Et nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas avoir de quoi nous éclairer notamment pour l’étude du soir des internes (NDLR : il fait nuit après 18h30 toute l’année), faire fonctionner la pompe qui donne l’eau à la rue (NDLR : nouveau puits creusé en 2019 et qui donne de l’eau à tout le quartier) et tenir les congélateurs froids (avec les provisions pour les internes, notamment). Nous avons donc dû en acheter un nouveau dare-dare.

Le groupe a coûté 2100 EUR. Si vous pouviez participer à notre achat… tellement utile, car le courant est peu stable et nous avons en plus des coupures quotidiennes… Il fonctionne au moment où je vous écris, pendant que les internes sont à l’étude. Merci déjà pour tout ce que vous ferez.

Il y a aussi bien sûr, comme toujours, la participation éventuelle au salaire de nos enseignants : ils sont quatre maintenant, et nous leur donnons chaque mois 150 EUR chacun. Tout don nous fera bien plaisir. (…)

 

Interview de Marianne réalisée lors de son passage en Belgique en 2015

Quelques photos de la vie sur place…

Les photos de la construction du second puits