Souper des Ancien(ne)s

Chères Anciennes, chers Anciens,

Nous serions très heureux de vous retrouver le vendredi 9 mars 2018 pour le grand souper bisannuel des Ancien(ne)s du Sacré-Coeur ! Ce souper sera une nouvelle occasion de nous retrouver entre anciens, anciens professeurs et professeurs actuels du Sacré-Coeur. Souvenirs et convivialité seront donc au menu !

Ce souper est ouvert à tous les Ancien(ne)s du Sacré-Coeur, de la promotion … à la promotion 2017 ! 🙂

Les conjoints sont évidemment les bienvenus aussi !

Accéder au formulaire d’inscription →

Le mythique “escalier rose” n’est plus !! Rendez-vous sur cette page pour en (sa)voir plus.
#nostalgie #jeveuxmonsouvenir
Comment nous aider à faire de ce rendez-vous un succès ?
– en vous inscrivant bien évidemment
– en organisant une table de promotion
– en diffusant un maximum l’info à tous les anciens autour de vous (notamment via les réseaux sociaux). N’hésitez pas non plus à “liker” notre page Facebook et à rejoindre le groupe des Ancien(ne)s du Sacré-Coeur sur Facebook (ou à y ajouter ceux qui n’y seraient pas). D’avance un grand merci à tous ! 🙂

Renseignements pratiques

Date et lieu : Vendredi 9 mars à 19h au Sacré-Coeur de Jette

Cette année encore, nous soutiendrons l’opération Arc-en-ciel qui se déroule ce week-end en proposant à tous les participants d’apporter leur contribution…

Menu
Formule A : Apéro / Caille (désossée) farcie au muscat et son écrasée de pommes de terre aux chicons / Dessert glacé
Formule B : Apéro / Filet de bar et ses légumes de printemps (crème de poireaux, céleris, Granny Smith,…) / Dessert glacé
Formule C : Apéro / Chaud-et-froid végétarien à l’orientale (une combinaison de vingt ingrédients cueillis entre Jette et Beyrouth) / Dessert glacé
Pour tout souci alimentaire (allergie,…), n’hésitez pas à nous contacter.

Prix : 18 EUR / personne
Compte BE67 9799 8735 1887 (BIC : ARSPBE22) de “SColidarité Sacré-Coeur de Jette”
Communication “Nom et prénom + repas Anciens”.

Délai : Inscriptions avant le lundi 5 mars. Attention, fermeture des inscriptions si nous atteignons 400 personnes avant cette date.

Accéder au formulaire d’inscription →

Projet soutenu
Cette année encore, les bénéfices de cette agréable soirée serviront à soutenir le projet d’un ancien professeur du Sacré-Coeur, Marianne Lefebvre/Charue.

  

Depuis bientôt 10 ans, Pierre Kakumbi, habitant de la région, et Marianne Lefebvre, ancien professeur du Sacré-Cœur de Jette il y a déjà pas mal d’années, servent à Mokambo, un gros village dans le Sud de la Province du Katanga, au sud-est du Congo.

Sur place, la scolarité est payante, même en primaire. La plupart des enfants n’ont donc pas la possibilité de fréquenter l’école d’autant plus que les familles sont très nombreuses (8, 10, 12 enfants) et qu’il n’y a évidemment pas d’allocations familiales. Un travailleur bien payé touche au maximum 80 EUR par mois, alors que la scolarité d’un enfant coûte entre 5 EUR (en primaire) et 12 EUR (en secondaire) par mois… Marianne et Pierre ont tenté d’instaurer un système de parrainages par des familles belges.

Pierre et Marianne ont ouvert un internat qui accueille des jeunes qui ne pourraient pas suivre une scolarité à Mokambo, car leur famille habite trop loin de ce village. Ces adolescents y font leurs devoirs et y logent chaque jour. Ils y restent aussi les week-ends car ils ne rentrent chez eux que lors des vacances plus longues. Les parents “paient” pour l’hébergement de leur enfant une somme d’un sac de céréales trimestriel… Les plus nantis offrent également à Marianne et Pierre une poule…

En journée, pendant que les jeunes internes sont à l’école, Marianne et Pierre ouvrent leurs locaux à des enfants ou des jeunes provenant de familles sans moyens financiers, afin qu’ils puissent avoir des cours d’alphabétisation où les apprentissages sont centrés sur la lecture et le calcul. Les cours se donnent trois heures par jour (le matin) et leur qualité permet à ces enfants de pouvoir éventuellement entrer l’année suivante en… cinquième primaire. Ces jeunes sont si heureux d’avoir accès à une scolarité, certes très modeste, mais tellement importante pour eux dans un chemin de développement. Ils retrouvent ainsi une dignité dans leur existence difficile. Pierre et Marianne financent le salaire des deux instituteurs car la scolarité y est gratuite pour les enfants qui viennent fréquenter les cours donnés chez eux, la journée. Pour diminuer les frais, Marianne et Pierre donnent également cours.

Inutile de dire que tant les internes que les externes sont terriblement heureux d’être accueillis, comme dans une famille, par Pierre et Marianne !

Les investissements sur place

Nous soutenons aussi ce projet au travers des courses relais parrainées, ce qui nous a permis de leur offrir un 4×4 d’occasion (qui n’est évidemment pas un luxe sur place !), de reconstruire un toit ou encore de payer les instituteurs de l’alphabétisation… 

En 2014, grâce au souper des Anciens, nous avons récolté 4200 EUR qui ont notamment contribué à l’achat d’une photocopieuse et d’un groupe électrogène. En 2016, les 5670 EUR de bénéfice ont servi au forage d’un puits. Et le surplus a permis d’améliorer l’accueil des jeunes sur place. Marianne et Pierre font face à un nouveau défi pour cette année…

Leur besoin actuel sur place ?

Voici ce que Marianne nous écrit ce 5 janvier 2018…

“(…) Nous aimerions assurer des études techniques à quelques-uns de l’alphabétisation trop âgés pour faire des secondaires normales. Ces études se font dans un petit centre en Zambie, à une dizaine de km de chez nous. On peut leur louer une petite maison sur place car il n’y a pas d’internat. Mais le minerval est très élevé : 375 EUR par an, plus quelques frais, donc 450 EUR par année scolaire. Nous en avons quatre qui seraient intéressés. Ce qui nous coûterait 1800 EUR.

D’autre part, quelques handicapés au village aimeraient bénéficier d’une voiturette : on fabrique ici, à Lubumbashi, des sortes de tricycles qu’on actionne avec les mains, c’est bien imaginé. Nous en avons déjà offerte une à Cansa, un homme de 30 ans qui a une maladie dégénérative des pieds et qui n’arrive quasiment plus à se mettre debout. C’est une résurrection pour lui… Nous avons d’autres demandes bien sûr. Un tricycle de ce genre coûte 250 EUR. Il nous en faudrait bien trois ou quatre pour commencer. Donc 1000 EUR.

Pour cette année, nous avons l’argent pour payer les instituteurs, mais il nous faudra  4150 EUR pour assurer l’année scolaire 2018-2019…”

Interview de Marianne réalisée lors de son passage en Belgique en 2015

Quelques photos…

 

Accéder au formulaire d’inscription →